Méduse par Le Caravage

Après vos nombreux retours, Méduse plaît aussi bien aux adultes qu’aux enfants, car elle est puissante. Nous sommes ravis (et non médusés !) de vous le proposer en format unique. Mais sans plus attendre, nous allons vous en dire plus sur la signification de cette oeuvre…

Le mythe de Méduse décapitée par Persée :

Méduse, une des trois Gorgones, très belle, est séduite par Poséidon. Ce dernier, une nuit, l’entraîne dans un temple dédié à Athéna. Athéna, déesse de la guerre, offensée, transforme Méduse et ses sœurs en monstres incapables de bouger, à la chevelure formée de serpents et au regard qui pétrifient ceux qui ont le malheur de le croiser.

Persée est le fils de Zeus et de Danaé. Pour pouvoir approcher Méduse qui vit au pied du mont Atlas (au Maroc) et délivrer Andromède prisonnière, Persée reçoit l’aide des dieux. Athéna lui fournit son bouclier de bronze poli, qui, employé comme un rétroviseur, lui permet d’avancer à reculons vers Méduse sans affronter son regard directement. En se servant du reflet du monstre renvoyé par le miroir, il tranche avec la serpe le cou écailleux de Méduse. Du sang du monstre jaillit Pégase, le cheval ailé avec son frère Chrysaor, guerrier à l’épée d’or, tous deux enfants de Poséidon. La tête de Méduse est cachée dans le sac de cuir. Persée retourne alors à Sériphos et délivre Andromède qu’il épousera ensuite.

Ici, le peintre fait preuve d’une grande technicité, il n’est en effet pas facile de peindre sur une surface convexe comme ce fut le cas pour ce bouclier.

Cette oeuvre, expressive et forte traduit le célèbre mythe de Méduse décapitée par Persée. La coiffe faite de serpents est presque hypnotique par le mouvement général. Ce thème mythologique est souvent repris par les artistes de la renaissance italienne.

Le Caravage, Méduse (2nde version), huile sur toile de lin, montée sur bouclier. 1597-98. 60 x 55 cm. Musée des Offices, Florence (Italie).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.