Femmes sacrées

— En lien avec notre collaboration avec l’artiste Marie Jeanselme – dose de Femmes, création originale pour ars in cute, l’art dans la peau.

Femmes savantes, Savantes femmes

Femme du monde, Monde de femmes

Femmes de lettres, Lettres de femmes

Femmes d’épée, Epée de femmes

Femmes de joie, Joie de femmes

Femme d’affaires, Affaires de femmes

Femmes de cœur, Cœurs de femmes

Femmes comme il faut, Comme il faut des femmes

Femmes sacrées, Sacrées femmes !

 

Femme, du mot latin femina c’est-à-dire femelle.

Sacrées, terme issu de la racine sanscrite SAK, reliée au domaine de la divinité, puis issu du verbe latin sancire c’est-à-dire délimiter.

Si le concept de femme se défini par un individu féminin, ce à quoi renvoie sensiblement ce terme reste d’une densité déconcertante. Sans parler d’y ajouter la sacralité !

La femme sacrée reste souvent cantonnée à une hyper-sexualisation de son corps. C’est alors ce dernier que l’on représente et sacralise. Depuis les Vénus sculptées préhistoriques aux formes amples, les corps se retrouvent portés aux nues dans toutes les périodes de l’histoire des arts. De l’Eve de Rubens à la Judith de Klimt, les femmes sacrées se voient dotées de corps aux caractères sexuels exposés, amplifiés, sur érotisés.

Mais la sacralité de la femme se limite-t-elle à ses seules hanches et poitrine ?

Lorsque ce n’est pas son corps dont il est question, c’est son rôle de mère que l’on sacralise. La femme se voit ainsi assimilée aux mythes fondateurs de la création. De Gaia à la Vierge Marie, les récits sont multiples.

Mais alors, que nous dit ce concept de femmes sacrées ? Comment se réapproprier cette puissance féminine dans ce contexte de représentations ? N’existe-t-il pas d’autres moyens pour les femmes de penser, représenter, incarner leur sacralité ?

Incroyable challenge que de définir les fameux contours de cette femme que l’on est, a été ou aimerait être. Délimitation vaporeuse qui ne se limite pas à un simple corps, ni fille ni mère mais simplement femme. A chacun.e.s ses rituels, de l’eau de Lune au renforcement musculaire ou cérébral quotidien en passant par l’ode aux cycles menstruels, il s’agit d’accéder à ce lieu où réside une force efficace. Une énergie créatrice à découvrir. C’est de cette force la que s’emparent les femmes aux profils bigarrés qui peuplent nos imaginaires, nos rêves et surtout nos quotidiens.

Sacrées femmes !

Création de texte original : Olivia Giboz

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *