Kiwis

« Ces gens n’ont pas construit de cathédrales de pierres que tous peuvent admirer. Les cathédrales qu’ils ont construites, ce sont leur rêves, leurs lois, leur vie en harmonie avec le monde qui les entoure et si tu n’entres pas dans leurs pensées, tu ne peux voir ce qu’ils ont bâti. »

(Martin Préaud, Docteur en anthropologie sociale et éthnologique à propos des aborigènes.)

Vous vous réveillez transi de froid. Des bribes de souvenirs, à moins que ce ne soient des rêves, hantent les frontières de votre conscience. Hésitant entre songe et réalité, vous décidez d’avancer.

Le jour se lève, il promet d’être chaud. Autour de vous, un désert couvert de touffes d’une végétation éparse et famélique. Puis soudain, vous le voyez en levant les yeux. Cet énorme plateau rouge flamboyant dont le sommet s’élève à 348 mètres au-dessus du niveau de la plaine environnante. Vous sentez que vous touchez au but. ULURU vous murmure le vent ; ULURU répétez-vous machinalement entre vos lèvres desséchées.

Vous voici soudainement revenu au « temps du rêve », époque mythique ou Baiame, le premier être, rêva le monde et lui donna sa forme…

LE KIWI AUSTRAL 

Après un bond phénoménal vous ayant permis de franchir une large étendue d’eau, vous voici transporté sur une île couverte de végétation qui sera connue bien plus tard sous le nom de Nouvelle-Zélande, la patrie du peuple maori. Vous-y rencontrez Tane-Mahutat, le seigneur de la forêt qui est très inquiet pour la santé de ses enfants, les arbres. Rongés par les insectes qui pullulent sur le sol, ils tombent tous malades. Vous le voyez donc demander à quatre oiseaux nichant dans la canopée (la zone de la forêt qui correspond à la cime des grands arbres) si l’un d’entre-eux accepterait de renoncer à son habitat pour vivre sur le sol froid et humide, manger les insectes et sauver les arbres. L’un après l’autre, les oiseaux déclinent l’offre jusqu’à ce que KIWI, bien que conscient de tout ce qu’il va perdre, accepte de se sacrifier et d’aller vivre définitivement loin du soleil. KIWI perdit ses ailes mais devint alors le favori de Tane-Mahutat…

Nom latin : Apteryx australis

Famille : Aptérygidé

Espèce : Australis

Taille : 50 cm (la femelle est plus grande que le mâle)

Poids : 1,5 à 3,5 kg

Lieu de vie : le kiwi austral vit dans les milieux forestiers, les broussailles, les prairies à herbes hautes.

Régime alimentaire : omnivore à prédominance carnivore. Il chasse la nuit grâce à son odorat et se nourrit principalement d’invertébrés (vers, araignées, larves d’insectes…).

Création de texte original : Eric Castille

Illustration originale pour ars in cute : Aurélie de Broüard

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *